« Indignez-vous ! » – Mode d’emploi designer par Graphéin

Un an après l’attentat qui a effrayé la Ville Lumière, les mémoires terribles demeurent ineffaçables dans l’esprit de tout le monde. Il y a eu plusieurs tentatives de commémoration, comme celle-ci : le mode d’emploi designer par Graphéin.

Source : Graphéin

Dans cette quatrième édition, Mathias Rabiot (rédacteur) exprime son point de vue sur les manifestations graphiques des designers face à l’évènement tragique du 13 novembre 2015. Est-ce un acte « opportuniste » ? Certains ont en effet pointé du doigt ce phénomène. Si pour ces personnes les manifestations des graphistes sont perçues comme un acte dépourvue de moral et d’empathie, alors elles ont tort.

L’auteur a expliqué et argumenté sa vision à travers l’exemple Guernica de Picasso. Il a soigneusement sélectionné les ressources pour expliquer ce qui se passait réellement derrière ce fameux tableau. Même si le peintre semble avoir eu une motivation opportuniste, cela n’influence pas le sens de son oeuvre. Picasso a lui-même considéré la peinture comme une forme de résistance, en 1945 :

Non la peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive et défensive contre l’ennemi.

Dans sa conclusion, l’auteur tente de détromper les critiques de retenir leur jugements rapides voire de s’abstenir :

Alors, oui, je vais continuer à réagir, à résister, à créer, par altruisme pour essayer d’aider les autres, par égoïsme pour soulager mon anxiété, par opportunisme parce que c’est humain, le tout de la manière la plus constante qu’il soit possible, en mon nom propre et collectif.

À ceux qui se plaisent à trouver ridicule et futile le rôle que se plaît à endosser le graphiste qui peut s’engager, cette sorte de « mission consistant à vouloir sauver le monde » par la production d’images qui feraient sens. À ceux qui préfèrent l’immobilisme à l’opportunité d’agir. Je leur demande au moins de ne pas démotiver ceux qui ont l’espoir de résister et la motivation de créer.

Finalement, selon mon avis, que ce soit une oeuvre artistique ou graphique, toute forme de manifestation visuelle est digne de son existence. L’horreur d’une tragédie et du crime contre l’humanité provoque toujours des émotions fortes et chacun a le droit de s’exprimer par ses propres moyens, tant que cela est respectueux envers autrui. Et pour terminer cet article, ne vous laissez pas faire, ne cachez plus dans le silence peureux : indignez-vous !

Source : Graphéin

Leave a comment

Your email address will not be published.


*